Réveillez vous de l’hypnotisme de masse

Avec la rupture les temps sont durs – Avec la rupture, ça ne va pas : peuple béninois, réveille-toi, secoues toi pour échapper à cette autohypnose de masse.

Je vous arrête tout de suite. Ma chronique n’est pas politique, elle n’appelle pas à une révolution. Le Bénin a sûrement et certainement besoin d’une nouvelle révolution, mais ce doit être une révolution des mentalités, du comportement, du langage.

Histoire d’un homme qui a trop anticipé

Voici une petite histoire qui s’est déroulée au début de l’année 2008, au commencement de la terrible crise économique dite des «Subprimes» aux Etats-Unis.  Un jeune homme, travaillant dans les finances à New-York appelle son père un soir pour s’enquérir de l’évolution des affaires paternelles.

  • Papa, comment vas-tu ?
  • Ça va bien mon fils
  • Et tes affaires papa?
  • Tout va bien mon fils, mes sandwiches se vendent bien et ma clientèle ne fait que grandir. (Le père tient un kiosque de vente de Hot-dog dans une ville du centre du pays)
  • Ecoutes papa, tu devrais commencer à faire attention. Ici à New-York, ça va mal. La crise économique s’est installée. Les entreprises sont entrain de licencier leurs employés et fermer l’une après l’autre. Tu dois faire attention à ton commerce. Tu dois commencer à réduire la quantité de sandwich que tu mets dans le pain afin de faire plus de bénéfice.
  • Hummm d’accord mon fils. Je ferai ce que tu dis. Après tout, c’est toi l’économiste.

Le père suivit les conseils de son érudit de fils. Il se mit à réduire la quantité de sandwich qu’il mettait dans les pains qu’il vendait à ses clients. « au Cameroun, on dit charger le pain »

Deux semaines plus tard, le fils appelle.

  • Alors Papa, as-tu fait ce que je t’ai recommandé ? comment se portent tes affaires ?
  • Tu as raison mon fils, la crise a frappé dans notre ville aussi. Ma clientèle est entrain de baisser. Je ne vends plus autant qu’avant. Je crois bien que les gens mangent moins de hot-dog.
  • Tu vois Papa, je te l’avais dit. Ecoutes moi maintenant. Après avoir réduit la quantité de sandwich, tu dois maintenant réduire la taille des pains afin d’économiser encore plus. Tu t’en sortiras.

A nouveau, le père suivit les conseils de son fils. Il réduisit la taille de ses pains, après avoir réduit la quantité de sandwich dont il « chargeait les pains ».

Un mois plus tard, le fils rappelle son père.

  • Alors papa, ça va ? et tes affaires ?
  • Mon fils c’est toi qui avait raison. Ça va de mal en pire. Je crois que j’ai perdu ¾ de ma clientèle. La crise est vraiment arrivée dans la ville. Mon commerce n’est plus rentable. Je ne sais plus si je vais pouvoir continuer.

Un mois plus tard effectivement, le père a dû fermer sa boutique, faute de clients.

Selon vous ? qu’elle est l’origine de la faillite du commerce du papa ? est-ce vraiment la crise ?

Je pense que vous avez trouvé la bonne réponse. Le père a causé sa propre faillite en réduisant progressivement le volume de ses hot-dog. il a attiré la crise comme certaines antennes attirent la foudre. Il a été induit en erreur par son fils. Le père s’est rendu compte de son erreur quelques jours plus tard. En parcourant la rue où il tenait son commerce, il vit un vendeur de hot-dog devant lequel se tenait une longue file d’attente de clients. Les pains étaient gros et bien garnis. Il comprit que le nombre de mangeurs de Hotdog n’avait jamais baissé dans la ville. Les clients l’avaient fuit parce qu’il avait commencé à jouer au plus malin.

Une longue histoire pour illustrer ce qui se passe actuellement dans notre pays le Bénin.

Comment les béninois attirent la misère

Tout le pays est hypnotisé. Une vague de rumeurs et de pensées négatives empreintes de défaitisme et de fatalisme s’est répandue comme une trainée de poudre dans le pays. Et presque tous les béninois se sont laissés hypnotiser.

Voici les phrases préférées des béninois depuis quelques mois :

  • Avec la rupture, rien ne va
  • Le pays est dur
  • Les temps sont chauds
  • Le pays est sur répondeur
  • Rien ne va
  • Les béninois sont mauvais
  • La béninoiserie

L’autohypnose de masse

L’hypnose est une sorte de sommeil artificiel, provoqué. Une
L’hypnotisme populaire est engendré par un manque de vigilance mentale et verbale. L’hypnotisme de masse s’attaque à toutes les couches de la population. Jeunes, vieux, pauvres, riches, religieux, athées, politiciens, laïcs, etc.

L’hypnotisme de masse alimente un puissant égrégore dont la manifestation sur le peuple est la misère spirituelle et financière. Un égrégore est produit par un puissant courant de pensée collective. Lorsque plusieurs personnes se focalisent ensemble sur un même objet, avec une même intensité, ils développent une énergie commune.

Une connaissance séculaire

Toutes les religions nous enseignent pourtant que nous obtenons selon nos paroles et nos pensées.

Henry Ford a dit « Que vous pensiez être capable ou ne pas être capable, dans les deux cas, vous avez raison ».

Le Christ a dit « Qu’il te soit fait selon ta parole ».

La Bible dit : « Au commencement était la Parole …. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle ».

En langue fon, il est dit : « soulève jusqu’aux genoux et l’Univers t’aidera à le mettre sur ta tête ».

Les béninois doivent comprendre que dans l’univers, il existe une force puissante mais statique. Elle ne réfléchit pas, ne raisonne pas. Elle reçoit nos désirs, les multiplie au centuple selon nos pensées et nos paroles dominantes. De même qu’un paysan sème un grain de maïs et récolte des centaines de grains, les hommes récoltent selon leur parole et en quantité démultipliée. « Qui sème le vent récolte la tempête ». Dans nos langues, il y a plusieurs proverbes et citations qui nous mettent en garde. Mais l’homme a chois de faire la sourde oreille.

Le peuple doit se réveiller.

Le peuple béninois doit se réveiller et sortir de son autohypnose. Tant que ce peuple ne changera son langage, aucun politicien ne pourra induire le changement économique dont nous rêvons tant. Le peuple béninois doit arrêter d’attirer le malheur sur lui-même par des paroles négatives dont nous semblons ignorer toute la portée.

Voilà autant d’énergie dont les béninois alimentent au quotidien l’égrégore de la misère et du mal-être. Pourtant au fond de nous-mêmes, nous savons que les paroles négatives ont des conséquences.

J’étais en voiture un jour avec un couple ami. Nous roulions de Bohicon vers Cotonou, de nuit. Le mari très pressé roulait à une grande vitesse. Son épouse effrayée lui a dit :

  • S’il te plait, ralentis. Il ne faut pas qu’il nous arrive un accident.
  • N’appelle pas le malheur sur nous a sèchement et immédiatement répondu le mari.

Les exemples de ce genre sont légion. Nous savons bien qu’évoquer le malheur, penser au mal peut amener l’objet de nos pensées à se matérialiser.

Alors pourquoi continuons-nous de répéter du matin au soir que le pays est dur, que ça va mal, qu’il n’y a pas l’argent ? Souhaitons-nous vraiment voir se matérialiser les paroles de nos bouches ? Prenons-nous autant de plaisir à nous maudire ? Et nous plaindre plus tard des conséquences de nos propres paroles ?

« Demandez et l’on vous donnera ». Nulle part il n’a été précisé la nature ou la qualité de ce que nous devons demander. Il vous sera donné, c’est tout. Que vous demandiez le bien ou le mal, vous l’obtenez. La vie ne donne rien, au contraire elle nous offre tout. A nous de nous servir. Mais quels morceaux allez vous choisir sur la table des menus? Est-ce que nous choisissons avec soin l’objet de nos paroles et de nos pensées ?

Le peuple béninois est pourtant un Peuple très religieux. Les vendredi les rues sont inondées d’adeptes musulmans allant à la prière pour implorer la clémence de Allah le Miséricordieux. Le dimanche, c’est au tour des Chrétiens catholiques.  Les Chrétiens évangéliques quant à eux sont à l’Eglise tous les jours. Les animistes ne s’affichent pas trop mais on sait qu’ils pratiquent. Alors pourquoi ce peuple si croyant oublie-t-il les promesses de « MAHU » (Dieu) au moment de la détresse ?

Les promesses

Il est pourtant dit dans les livres saints :

  • Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint;
  • Invoques moi au jour de la détresse et je te délivrerai
  • Je suis venu pour que les brebis aient la vie et qu’ils l’aient en abondance
  • L’éternel est mon berger, je ne manquerai de rien
  • Demandez, croyez que vous l‘avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.
  • Etc

Les livres saints, que nous  » vénérons » tant, sont remplis des promesses que Dieu à faites à ses enfants, les hommes.

Savoir qui on est fait toute la différence, la divinité de l’homme

Les béninois ont peut-être oublié qui ils sont, leur vraie nature. Certains s’étonnent de la prospérité du peuple Juif. Les juifs sont prospères parce qu’ils savent qui ils sont. Le Livre Sacré Juif, la THORA pose les bases de la divinité de l’homme juif en ces termes :

  • Puis Dieu dit, faisons l’homme à notre image et selon notre ressemblance … qu’il domine sur les animaux de la terre, les oiseaux du ciel, etc.
  • Puis dit fit l’homme à son image, selon sa ressemblance. Il fit l’homme à l’image de Dieu. Il le fit mâle et femelle.

Remarquez bien combien le verset insiste (Aller-retour) sur le fait que Dieu fit l’homme selon son image et sa ressemblance. Avec un tel postulat de base, comment un le peuple juif peut-il être dans la misère ? Avant d’ouvrir la bouche pour prononcer une seule parole, le Juif se rappelle d’abord qui il est.

Mon frère béninois, tu es d’essence divine. Chaque homme est créé à l’image et la ressemblance de Dieu. Chaque béninois est un petit dieu. Un petit dieu qui peut créer son bonheur, sa richesse, et son bien-être.

Se mettre ensemble génère un puissant égrégore .

De même que nous nous mettons ensemble pour créer le puissant égrégore de la misère qui tire notre pays en arrière, mettons-nous ensemble pour créer l’égrégore de la prospérité. La solution à nos malheurs se trouve déjà à notre portée. Mais y croirons-nous. Croyons-nous qu’à l’image de notre créateur, nous sommes aussi des créateurs ?

Un prince qui oublie sa véritable identité, sa lignée royale vivra comme un mendiant, alors qu’il lui suffit de prendre conscience de « qui il est vraiment » pour retrouver tout ce qui lui revient de droit. Aujourd’hui, le béninois a oublié qui il est. Il a oublié sa nature divine et vit comme un mendiant. Les plaintes constituent son lot quotidien. L’autohypnose n’a jamais autant prospéré avec la participation active et inconsciente de tout un peuple. Tout le pays se plaint. Les Zem, les vendeuses, les chauffeurs, les fonctionnaires, les militaires, les policiers, les politiciens, etc. C’est la surenchère à la plainte.

La solution est en vous

Le pays est dur à cause de la rupture ? les baraques sont cassées, Adjégounlè est démoli ? les primes et frais de mission des fonctionnaires sont suspendus ? ça peut être dur, mais et après ? ce n’est pas la fin du monde. Au moment où certains se plaignent, d’autres béninois construisent des maisons, achètent des voitures neuves, voyagent, et s’enrichissent. Peut-être me diriez-vous qu’ils sont de la mouvance au pouvoir ! mais peu importe. Si un seul béninois parvient à s’enrichir, à une époque donnée, quel que soit la conjoncture économique, tous les autres béninois peuvent également y arriver. Nous avons tous la capacité de faire plus que nous ne faisons actuellement.

La manipulation des politiciens

Le peuple oublie souvent que les politiciens ne peuvent pas changer notre vie. Les politiciens peuvent s’occuper de la sécurité, de l’éducation etc. Mais votre vie, c’est vous-même qui en êtes responsable. C’est vous-même qui décidez si vous voulez vous en sortir ou non. Quand vous décidez de prendre votre vie en charge et d’en faire ce que vous voulez, le politicien n’y peut rien. Et surtout prenez garde aux politiciens. Ils sont capables de teindre le tableau tout en noir, juste pour jouer sur votre sensibilité. N’oubliez jamais que la politique est un métier. Le politicien qui vous dit que tout va mal ne fait que son métier. C’est son fonds de commerce.

Ce n’est pas le pays qui est dur, ce sont les hommes qui sont durs. Ce n’est pas le pays qui est pauvre, ce sont les hommes qui sont pauvres. Si les hommes changent, le pays changera. Le pays n’est pas une entité en lui-même. Le pays est constitué de l’ensemble des courants de pensées qui circulent à travers les hommes du pays.

Les courant de pensées

Voici une illustration des courants de pensées auxquelles nous nous connectons.  Lorsque vous êtes positif, vous vous connectez à toutes les énergies positives de l’univers. Mais lorsque vous êtes négatif, vous vous connectez également à toutes les énergies négatives de l’univers.

Toutes les énergies forment une grande chaîne. Les pensées de prospérité sont reliées entre elles. Si vous souhaitez être prospères, branchez-vous sur le réseau de prospérité.

Votre robinet d’eau à la maison est relié par d’autres tuyaux, sur plusieurs kilomètres aux grands châteaux d’eau de la société des eaux. Alors, si vous souhaitez que la joie afflue dans votre vie, branchez-vous sur la source des joies de tout l’univers et laissez couler des kilomètres de joie, de prospérité, d’abondance et de paix dans votre vie. Ça peut mettre du temps à se manifester si vous le faites seul, mais lorsque tout un pays s’y met, les résultats sont plus rapides. « la où plusieurs sont réunis en mon nom, je serai avec eux ».

Alors le pays est comment ? il est dur ou il est doux ?

Mais le tout n’étant pas de dénoncer, il me semble opportun d’apporter également des solutions pour guérir cette Nation.

Commençons par changer notre langage

Ayons individuellement le courage de prononcer des phrases qui vont alimenter un nouvel égrégore positif :

  • Avec la rupture, rien ne va : Avec la rupture, tout va pour le mieux
  • Le pays est dur : Le pays est doux Les temps sont chauds : Les temps sont excellents
  • Le pays est sur répondeur : Le pays est prospère
  • Rien ne va : Tout va bien
  • Les béninois sont mauvais : Les béninois sont les meilleurs hommes sur terre
  • La béninoiserie : La légendaire gentillesse béninoise

Déclarons une journée de paix, de bénédictions et paroles positives et nous verrons le miracle s’accomplir.

Sachons que toutes les paroles que nous émettons s’envolent dans le cosmos, se renforcent et nous reviennent démultiplier. Alors la prochaine fois, pensez-y. Pensez-y comme si chaque parole qui sort de votre bouche était une semence que vous mettiez en terre. Demandez-vous si vous êtes prêts à récolter les fruits de cette parole. Si la réponse est non, alors fermez votre bouche, c’est mieux pour vous et pour l’humanité.

Heureusement des solutions existent pour guérir le pays.

Restez connecté.  La semaine prochaine, je vous parlerai de vos rêves et de la manière dont ils peuvent vous aider à améliorer votre réalité.
Je vous parlerai également d’une méthode révolutionnaire de guérison qui a fait des miracles sur des criminels dans une prison de haute sécurité.

"Le contraire du courage dans notre société n'est pas la lâcheté ... C'est le conformité". Rollo May La conformité, c'est agir comme tout le monde, sans savoir pourquoi ni où ils vont. Le Métaphysicien, Edmond Nanoukon

2 Comments

  1. Merci pour votre enseignement sur l’importance de l’usage de la parole positive.
    Vu que beaucoup de personnes pratiquent rarement internet, je vous suggèrerais d’intervenir sur les chaînes de télévision, par exemple Golf Tv, pour vos enseignements, comme le font d’autres personnes qui traitent des questions de spiritualité et d’occultisme.

  2. Merci cher ami Donatien pour votre commentaire.
    Je pense bien passer sur Golf Tv dans les semaines à venir.
    Je ne vis pas au Bénin, donc je dois arranger mon programme pour cela.
    Je vous souhaite bonne pratique de la parole positive. Veuillez partager avec moi vos progrès. C’est très motivant pour les nouveaux qui s’y mettent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *